flecheallerabas.pngcarrevert.jpg Actualités du CMG 

photo_louis_velluet.jpgLe Collège de la Médecine Générale a la tristesse de vous annoncer le décès du Docteur Louis velluet, survenu le 28 Mai 2017. Il venait d’avoir 88 ans.

Louis Velluet a été un des pionniers de l’entrée de la médecine générale dans les facultés de médecine, à commencer par la faculté de Bobigny.

Il a été l’un des premiers à animer des « groupes Balint » pour améliorer la formation des médecins à la relation thérapeutique, et a poursuivi ce travail pendant des années auprès de l’université Paris Descartes.

Il a été un des fondateurs de l’Atelier Français de Médecine générale avec Anne Marie Reynolds, association savante, lieu de recherche et d’écriture de la médecine générale. Après avoir participé à la Conférence permanente de la médecine générale, l’Atelier est devenu membre du Collège de  la Médecine Générale dès sa création. 

Il a participé régulièrement aux ateliers du Congrès de Médecine Générale France pour l’Atelier Français de Médecine Générale et les groupes Balint de la Société Médicale Balint.

Il a contribué à la recherche en médecine générale, en particulier avec « la théorie des 3 espaces » de la relation médecin patient, qui fait référence pour les enseignants de médecine générale selon le département de médecine générale de la faculté Paris Descartes. Il a développé et publié avec Annie Catu-Pinault le concept de « Psychothérapie spécifique du généraliste ».

Il a participé à un document développé par la Conférence Permanente de Médecine Générale sur la relation intitulé « pédagogie de la relation thérapeutique » et a été sollicité pour la rédaction du futur livre sur l’histoire de la médecine générale.

Il a publié « le Médecin un psy qui s’ignore », qui nourrit la pratique de nombreux médecins généralistes. Il a donc œuvré sur le terrain pour que la médecine générale intègre la connaissance du patient et de son milieu et devienne un rempart efficace contre la deshumanisation croissante des pratiques ». 

« Louis Velluet, un homme que personne n’a ignoré et n’ignorera jamais » selon Marie Anne Puel.

Isabelle Martinot Nouet – Annie Catu Pinault  


Voir le texte plus grosRevenir à la taille normal