CMG

HCSP : participez à l’enquête sur les recommandations sanitaires aux voyageurs

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) actualise chaque année les recommandations sanitaires aux voyageurs à destination des professionnels de santé, publiées sous la forme d’un numéro hors-série du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).

Souhaitant adapter le contenu et le format de ces recommandations aux besoins des professionnels, le HCSP propose une enquête en ligne.

Vous êtes professionnel de santé ?
Participez à l’enquête du HCSP : https://www.hcsp.fr/Enquete.cgi/RepondreDebut

Date limite de participation : dimanche 14 juillet 2019

Le Collège de la Médecine Générale s’est associé au 3ème e-Congrès national sur les addictions.

Dans le cadre du partenariat, le Collège a coordonné et présenté une session sur la réduction des risques et le rôle du médecin généraliste. Nous vous invitons à consulter le programme de cette 3ème édition et à consulter toutes les sessions en différé jusqu’au 31 mai.

Lors de votre inscription (gratuite) vous pourrez saisir vos questions. Les intervenants y répondront jusqu’au 31 mai 2019.

Pour consulter les vidéos des sessions : inscription

Télécharger le programme

Un an après l’élargissement des vaccinations obligatoires du nourrisson, que pensent les médecins généralistes de cette loi et de la vaccination en général ? Le Collège de la Médecine Générale (CMG), en partenariat avec Santé publique France, leur a posé ces questions et présente aujourd’hui les résultats de son enquête, à l’occasion du 13ème Congrès de médecine générale qui se déroule du 4 au 6 avril à Paris.

 

Plus de 99% des médecins généralistes sont favorables à la vaccination

En février et mars 2019, près de 800 médecins généralistes ont répondu à une enquête conduite par le Collège de la médecine générale et Santé publique France sur leurs perceptions de la vaccination et de l’extension de l’obligation vaccinale. La presque totalité des médecins interrogés (99,6%%) se déclarent favorables à la vaccination de façon générale. Parmi eux, un tiers déclarent avoir des réticences vis-à-vis de certains vaccins (33%): tout d’abord celui contre le rotavirus (24%), ensuite celui contre les infections à papillomavirus humains (22%). Les généralistes ont également été interrogés sur leur propre vaccination et déclarent majoritairement (86%) qu’ils se sont vaccinés contre la grippe cette saison.

 

Rendre de nouveaux vaccins obligatoires : une mesure perçue plutôt positivement

L’élargissement des obligations vaccinales est perçu comme une mesure positive par les trois quarts des médecins généralistes (75%). Pour 41% des généralistes, la loi simplifie leur relation avec les parents, tandis que 46% considèrent que cela n’a pas entraîné de changements. L’information des pouvoirs publics et des professionnels de santé auprès des parents est aujourd’hui essentielle, puisque près de la moitié des médecins interrogés déclarent ne pas avoir constaté de diminution des réticences chez les parents depuis la mise en place de la nouvelle loi.

 

Les médecins généralistes, acteurs incontournables de la semaine de la vaccination

La vaccination reste l’intervention la plus efficace contre de nombreuses maladies infectieuses, ce constat simple et indiscutable sera au cœur de la communication des pouvoirs publics et de ses partenaires à l’occasion de la Semaine mondiale de la vaccination qui se déroulera du 24 au 30 avril. Les médecins généralistes peuvent s’appuyer sur les outils proposés par le Collège de la Médecine Générale[1] et par Santé publique France dans le cadre de sa campagne (affichette, dépliant de campagne, catalogue des autres documents proposés). Ils peuvent également se rendre sur la rubrique à destination des professionnels du site vaccination-info-service.fr, site de référence sur les vaccinations qui apporte des informations factuelles, pratiques et scientifiques. Cet « Espace Pro », réalisé avec des experts scientifiques indépendants, a pour vocation d’accompagner les professionnels dans leur pratique quotidienne et de les aider à répondre aux questions de leurs patients.

 

Contacts presse

Collège de la Médecine Générale – contact@lecmg.fr01 47 45 13 55
Santé publique Francepresse@santepubliquefrance.fr
Vanessa Lemoine : 01 55 12 53 36 – Matthieu Humez : 01 41 79 69 61
Cynthia Bessarion : 01 71 80 15 66 – Stéphanie Champion : 01 41 79 67 48

[1]Vaccinations de l’enfant : des réponses à vos questions 

POINT D’INFORMATION

Près de 1 300 médecins généralistes se sont portés volontaires pour participer au panel mis en place par le Collège et Santé publique France, qu’ils soient ici vivement remerciés.

Le premier questionnaire sera mis en ligne fin janvier, avec un petit peu de retard par rapport au prévisionnel initial.
Une communication des premiers résultats sera proposée lors du Congrès national prévu début avril 2019 : congresmg.fr

Vous souhaitez en savoir plus sur le panel et/ou peut-être vous y associer ? Consulter les détails du projet

Les virus de l’hiver sont responsables de pathologies respiratoires (rhumes, rhinopharyngites, grippes saisonnières, bronchites et bronchiolites chez l’enfant) et de pathologies digestives (gastro-entérites). Chaque hiver, plusieurs millions de personnes sont touchées par ces maladies infectieuses qui peuvent entraîner de graves complications et un excès d’hospitalisations chez les personnes les plus vulnérables : personnes atteintes de maladies chroniques (notamment pathologies cardiaques et pulmonaires), immunodéprimées, souffrant d’obésité ou âgées mais aussi jeunes enfants et femmes enceintes.

A titre d’exemple, tous les ans, en France, la grippe touche 2 à 6 millions de personnes et la bronchiolite affecte 30 % des enfants de moins de 2 ans.

Même si la vaccination antigrippale reste le moyen de prévention le plus efficace contre la grippe, les gestes barrières viennent en complément pour renforcer son action et restent le seul moyen de prévention pour lutter contre les autres virus hivernaux.

En ce sens, depuis plusieurs années, Santé publique France communique auprès du grand public pour promouvoir le lavage des mains, l’utilisation du mouchoir à usage unique et le fait d’éternuer dans son coude.

En 2019, Santé publique France souhaite mettre l’accent sur un 4ème geste moins connu et moins ancré dans les habitudes de la population générale : le port d’un masque jetable dès les premiers symptômes d’une infection virale, dans un cercle privé, pour limiter la diffusion du virus dans l’entourage des cas et ainsi protéger les personnes les plus à risque de faire des complications.

Pour vous accompagner dans la promotion des gestes de prévention, vous serez prochainement destinataires d’affiches destinées à sensibiliser votre personnel, vos patients et les personnes qui fréquentent vos cabinets.

En affichant et en relayant ces messages, vous contribuez à la lutte contre les épidémies hivernales et vous favorisez l’adoption de gestes protecteurs par tous.


Pour en savoir plus sur les gestes de prévention : https://gestes-barrieres.fr/

Plus de 2 000 participants et 10 000 sessions consultées pour sa 2ème édition en 2018 : le e-congrès sur les addictions, le E-ADD, organisé par SOS Addictions avec le soutien de la MILDECA et en partenariat avec les principales fédérations nationales en addictologie, s’est rapidement inscrit comme un rendez-vous incontournable et complémentaire des autres congrès nationaux sur les addictions. La 3ème édition en 2019 veut encore plus apporter de réponses pratiques et synthétiques aux professionnels de terrain.

La flexibilité du concept digital nous permet de délivrer l’actualité avec les données les plus récentes sur des sujets tels que : le cannabis thérapeutique, l’hépatite C, le point sur la prévention et les traitements de l’abus d’alcool, du tabagisme ou des mésusages d’opioïdes… entre autres.
Nous aborderons également des thèmes plus globaux de la médecine des addictions en donnant la parole aux spécialistes en addictologie mais aussi aux médecins généralistes, aux patients experts et à tous ceux qui permettent les transformations thérapeutiques dans notre pays et de meilleurs prises en charge au quotidien.

Si nous parlons aujourd’hui de « société addictogène » mais aussi de « désert médical », notre objectif est de former et d’informer le plus grand nombre d’acteurs de santé « en allant vers ».
Aller vers, non seulement les patients mais aussi les acteurs de santé de demain. Nous ne pouvons plus nous contenter d’être encore et toujours « entre nous » !

Participez avec nous à cet objectif incontournable de Santé Publique, de Santé des addictions, en soutenant le 3ème E-ADD en mars 2019 !

William Lowenstein
Président de SOS Addictions & E-ADD 2019

+ d’information

Le Collège de la Médecine Générale et Santé publique France ont décidé de constituer ensemble un panel de médecins généralistes leur permettant de collecter des informations pertinentes sur des problèmes de santé publique et de recueillir l’opinion des médecins généralistes sur des sujets médicaux d’actualité.

Le Collège a besoin de l’avis des médecins généralistes lors de toutes les discussions avec les institutions, afin d’adapter ses objectifs et ses demandes

Le panel sera constitué de 2 000 médecins généralistes volontaires répartis sur toute la France.

Vous êtes intéressé(e) pour participer au Panel ?  Inscrivez-vous en ligne !

 

Un panel qu’est ce que c’est ? 

  • C’est un groupe de médecins généralistes volontaires, répartis sur toute la France, qui accepte de répondre de façon régulière à un bref questionnaire sur des sujets de santé publique essentiellement.
  • Il est possible de décrire le panel dans sa répartition géographique, sa répartition en âge et en sexe, le type d’exercice et l’importance de l’activité.

Un panel pour faire quoi ?

En constituant ce panel, le CMG et Santé publique France ont pour Objectifs  :

  • de collecter des informations pertinentes sur des sujets de santé publique (pathologie infectieuse, maladies chroniques, santé mentale, santé au travail, santé environnementale, vaccinations, addictions, ….),
  • de recueillir l’opinion des médecins généralistes sur des sujets d’actualité et de pouvoir suivre ces données dans le temps.

Un panel constitué comment ?

  • Le panel est constitué de médecins généralistes volontaires qui s’inscrivent auprès du Collège de la Médecine Générale.
  • Un certain nombre de renseignements administratifs seront nécessaire afin de décrire le panel.

Quelles contraintes si je participe ?

  • C’est un engagement à répondre en ligne, 2 ou 3 fois par an, à un court questionnaire de 10mn environ. Remplir le questionnaire ne nécessite pas de consulter ses dossiers médicaux
  • Aucune rémunération n’est prévue pour la participation.
  • Les participants peuvent à tout moment demander d’arrêter leur participation.
  • Les données recueillies sont bien sûr anonymes.

Quel intérêt pour moi ?

  • C’est l’occasion d’avoir un regard sur sa pratique, son vécu et le comportement de sa patientèle.
  • C’est avoir un retour d’information privilégié sur les données recueillies.
  • C’est la possibilité de proposer une interrogation sur un thème local ou d’actualité.
  • C’est pouvoir échanger en région avec les autres membres du panel autour d’un coordonnateur régional.

Quel intérêt pour la profession ?

  • Recueillir des données dont on connait l’origine et que l’on maîtrise.
  • Intégrer ces données aux argumentaires de discussion avec les institutions.
  • Améliorer la communication entre les médecins généralistes et les institutions.
  • Identifier des thèmes de formation ou de recherche.
  • Identifier des besoins en terme d’outils d’aide à la pratique

Que ce soit pour les salles d’attente ou lors des consultations, il peut être intéressant d’avoir un support visuel pour accrocher nos patients sur le sujet délicat de la vaccination. Santé publique France a développé de nombreux outils de communication sur la vaccination à destination des professionnels mais aussi de la population. Ces supports visuels se commandent gratuitement sur le site internet de Santé publique France.

Ainsi, si vous vous posez des questions sur la vaccination, des supports existent !

2 exemples concrets :

Une autre source d’information existe : le site internet de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). Avec en particulier, un état des lieux des ruptures de stock ou tensions d’approvisionnementpour les vaccins et le site vaccination-info-service.fr de Santé publique France, qui comporte une toute nouvelle rubrique dédiée aux professionnels de santé.

 

La vaccination fait partie de notre quotidien !
Aidons-nous des outils existants pour la mettre en œuvre facilement avec nos patients !

Vous avez surement déjà entendu ce slogan de la dernière campagne de prévention de l’Assurance Maladie. Le médecin généraliste étant en première ligne pour lutter contre les idées reçues et permettre de modifier les comportements, le Collège a participé activement à l’élaboration de cette campagne à destination du grand public et des professionnels de santé.

Le Collège rappelle que traiter des lombalgies aigues et/ou récidivantes, c’est :

  • faire un diagnostic clinique précis qui n’exige pas d’examens complémentaires le plus souvent
  • soulager la douleur pour permettre la poursuite ou la reprise des activités habituelles,
  • repérer les situations à risque de chronicisation, et prévenir les récidives grâce à des soins appropriées : étirements quotidiens, activité physique accompagnée de professionnels compétents.

 

Informations et liens :

La Newsletter du CMG !

Inscrivez-vous gratuitement et simplement à la newsletter du Collège de la Médecine Générale et recevez directement par mail les dernières actualités et tous les évènements à ne pas manquer

Voir les newsletters précédents

Le CMG sur les réseaux sociaux

Twitter @LeCollegeMG

  Facebook facebook.com/lecmg.fr