Actualités

Vacciner efficacement en misant sur la médecine générale !

13 janvier 2021

La phase 2 de la vaccination va débuter le 18 janvier. Pour compléter l’action des centres de vaccination, les médecins généralistes sont capables d’organiser cette vaccination dans leurs cabinets sur des plages dédiées.

Beaucoup se sont déjà donné des moyens logistiques et proposent aujourd’hui une approche de qualité. Dans de nombreux endroits, comme par exemple en Alsace, en Ardèche, dans le Douaisis, à Champigny, à Suresnes, dans l’Essone, dans plusieurs arrondissements Parisiens, ou encore à Noirmoutier, les médecins généralistes ont commencé à s’organiser autour de leurs maisons médicales, de leurs centres de santé ou de leurs CPTS, et cela fonctionne déjà pour vacciner les professionnels de santé et les patients en EHPAD. Ces centres sont équipés de réfrigérateurs avec sondes de contrôle de température et sont en capacité de vacciner malgré les contraintes du vaccin Pfizer BioNtech. Ce qui est possible dans ces endroits peut l’être ailleurs à condition de disposer de vaccins, et que les ARS acceptent de les distribuer dans ces centres ambulatoires.

Cette offre de proximité, facile à mettre en place, est aussi plus accessible pour les patients qui y retrouvent souvent leurs médecins traitants. Elle permet de vacciner à domicile les personnes les plus vulnérables. Alors que la nécessité d’un accès à un ordinateur et/ou internet, la barrière de la langue, ou encore les trouble de la vue et/ou de l’audition, peuvent entrainer une discrimination dans la capacité d’accès à cette vaccination pour ceux qui en ont le plus besoin. L’implication des médecins généralistes constitue un rempart contre les inégalités sociales de santé.
De plus, les médecins généralistes témoignent de nombreuses consultations et appels téléphoniques de patients de plus de 75 ans pour évoquer la vaccination. Ces contacts pourraient déboucher sur une vaccination quasi immédiate si la logistique était au rendez vous.

Les médecins généralistes sont mobilisés pour contribuer à favoriser la couverture vaccinale. Ils ont besoin pour cela que les autorités de santé encouragent et soutiennent les initiatives locales.

Contacts presse :

Pr Paul Frappé, Président du CMG
Pr Serge Gilberg, Vice-Président du CMG

Partager sur